Les détaillants acceptent que le salaire minimum soit établi selon l'indice des prix à la consommation en Ontario

Print
27 Janvier, 2014

Le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) appuie les recommandations du Comité consultatif d'établissement du salaire minimum de l'Ontario, annoncées plus tôt aujourd'hui.

Le rapport du Comité propose un processus qui est directement lié à l'économie, qui est prévisible et qui donne aux détaillants un délai pour préparer un budget et pour prévoir des changements à leurs frais de main-d'œuvre.

« Nous sommes ravis de constater que le Comité consultatif d'établissement du salaire minimum a suivi les recommandations du CCCD », a déclaré Diane J. Brisebois, présidente du Conseil canadien du commerce de détail. « L'adoption d'une politique du salaire minimum axée sur l'IPC élimine tout volet politique de cette importante décision et apporte un élément de prévisibilité qui manquait dans le passé. »

« Dans le passé, le salaire minimum était établi selon une méthode qu'on pourrait décrire comme étant par à-coups », a ajouté Mme Brisebois. « On connaissait des périodes sans aucune augmentation de salaire qui étaient tout à coup suivies de hausses soudaines et déstabilisantes. Ce processus n'était pas transparent, prévisible ou équitable ni pour les entreprises ni pour les travailleurs de l'Ontario. »

Le CCCD a pris part au Comité consultatif et a recommandé que les changements apportés au salaire minimum en Ontario soient liés à des indicateurs économiques clés, particulièrement à l'indice des prix à la consommation (IPC). Le CCCD souligne que d'autres gouvernements du Canada, comme ceux de l'Alberta, de la Nouvelle-Écosse et du Yukon, ont déjà dépolitisé le processus d'établissement du salaire minimum en liant les augmentations à des indicateurs économiques, comme l'IPC.

Le CCCD invite le gouvernement à appliquer de manière prospective les recommandations formulées dans le rapport. « Toute tentative d'appliquer ces recommandations de manière rétroactive entraînerait un important déphasage du salaire minimum de l'Ontario par rapport à ceux des autres provinces canadiennes et des États-Unis, ce qui, en retour, aurait des répercussions directes sur l'économie de l'Ontario », a expliqué Mme Brisebois.

Le Conseil canadien du commerce de détail (www.retailcouncil.org) est la voix des détaillants. Fondé en 1963, le CCCD est une association sans but lucratif qui représente plus de 45 000 commerces parmi lesquels ont retrouve tous les types de détaillants : grands magasins, magasins d'alimentation, marchands indépendants, chaînes spécialisées régionales et nationales, ainsi que des commerçants en ligne.

Renseignements:
Devon Pool
Conseil canadien du commerce de détail
[email protected]
416-801-3204