Une idée farfelue et ingérable : la consignation des bouteilles de vin dans des machines

Print
15 Mai, 2015

Le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) a appris par le biais des médias que le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les Changements climatiques, M. David Heurtel, aurait l’intention de proposer la consignation des bouteilles de vin. Non seulement celui-ci fait-il fausse route en alléguant de supposés impacts positifs d’une telle mesure, mais celle-ci appauvrirait notre système de collecte sélective, causerait davantage de gaz à effets de serre (GES) et serait coûteuse pour les consommateurs et les détaillants. « Nous le répétons sans cesse au gouvernement : le système de collecte sélective fait déjà le travail! Comment le gouvernement peut-il penser imposer la consignation des bouteilles de vin alors que 94 % du verre récupéré au Québec par le système de collecte sélective est déjà valorisé, selon les chiffres de RECYC-Québec », souligne Nathalie St-Pierre, Vice-présidente Développement durable et Québec au CCCD.

Les membres du CCCD sont contre l’élargissement du système de consigne, une mesure qui amènera encore davantage de contenants dans leurs arrière-boutiques. « Le tri des bouteilles de vin, qui viendrait s’ajouter au tri des contenants de boissons gazeuses et de bière, n’est pas la mission des détaillants, mais plutôt celle du réseau de centres de tri qui existe déjà au Québec. », affirme Mme St-Pierre. « De plus, ce matin, on laisse entendre que les détaillants devraient gérer dans leur stationnement des gobeuses de bouteilles sans pour autant déterminer les paramètres de cette gestion »,  poursuit Madame St-Pierre.

Nous tenons également à souligner que les consommateurs seront les premiers affectés par la consignation des bouteilles de vin, alors que ceux-ci devront se déplacer pour retourner leurs contenants vides, et ce, en plus de défrayer la facture reliée à la mise en place de cette mesure, celle-ci étant estimée à 250 millions de dollars sur cinq ans, selon la SAQ. « Le gouvernement doit cesser de s’entêter à vouloir élargir le système de consigne aux grands frais des contribuables québécois, et ce, dans un contexte d’austérité budgétaire », souligne Mme St-Pierre.

« Imposer une consignation sur les bouteilles de vin demandera un changement profond dans les comportements des consommateurs, qui sont maintenant habitués de les mettre dans le bac, et ce, à juste titre. On risque de se retrouver avec des taux de recyclage réduits », conclut Mme St-Pierre.

-30-

À propos du Conseil canadien du commerce de détail :

Le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) est la voix des détaillants au Canada. Il représente plus de 45 000 commerces de tous types, notamment des grands magasins, des magasins spécialisés, des magasins à rabais, des magasins indépendants et des détaillants en ligne. Les membres du CCCD ont une offre diversifiée de produits, allant des articles d’usage courant aux produits d’épicerie et de pharmacie. Ils sont responsables de plus de 75 % des ventes au détail réalisées au Canada. Le CCCD est un ardent défenseur du commerce de détail au Canada et collabore avec l’ensemble des paliers de gouvernement et d’autres parties prenantes dans le but de favoriser la croissance de l’emploi et les possibilités de carrière dans le commerce de détail, de promouvoir et de soutenir les investissements du secteur du détail dans les communautés canadiennes ainsi que d’améliorer l’offre de produits proposée aux consommateurs et la compétitivité de l’industrie. Le CCCD propose à ses membres une vaste gamme de services et de programmes, notamment dans les domaines de l’éducation et de la formation, de l’étalonnage et des meilleures pratiques, du réseautage, de la représentation et de l’information relative à l’industrie.

Renseignements :

Maxime P. Leduc
Coordonnateur, Communications et politiques publiques
Conseil canadien du commerce de détail
[email protected]
514-449-3008