Dans le cadre de l'une des plus importantes séances de politique d'intérêt public de l'industrie cette année, le CCCD a rencontré le ministre des Finances, Jim Flaherty, à Ottawa, le 30 septembre. L'objectif de cette rencontre était de permettre au ministre de rencontrer les détaillants en personne et d'avoir une discussion franche à propos des conséquences des frais de cartes de crédit, des droits de douane, des taxes et des autres coûts pour les entreprises.
Au début de la rencontre, le CCCD a remercié le ministre d’avoir opéré, plus tôt cette année, l'élimination des droits de douane sur les vêtements de bébé et la plupart des articles de sport. L’élimination de ces frais est un bon départ et une grande victoire pour le CCCD, mais il est évident qu'il reste beaucoup à faire. La délégation du CCCD a insisté auprès du ministre pour que le gouvernement effectue d'autres changements avec le Budget 2014.  Le CCCD collabore actuellement avec le ministère afin de démontrer l'impact positif de l'élimination des droits de douane et continuera de promouvoir avec énergie des actions supplémentaires dans ce dossier.

Le ministre Flaherty a également manifesté un vif intérêt pour la question de la « tarification nationale », une pratique présente chez certains fabricants exigeant des prix plus élevés aux détaillants canadiens qu'ils ne le font ailleurs. Quoique mentionné lors du discours du Trône du 16 octobre, aucun détail n'a été fourni.  Le personnel du CCCD travaillera en étroite collaboration avec le ministère pour assurer des règles équitables aux détaillants du Canada.
Notre position est claire en ce qui concerne les frais de cartes de crédit.  Le gouvernement doit modifier les frais d'interchange internationaux, par la réglementation s'il y a lieu.  Les détaillants ont remarqué que certains outils, tels que les escomptes et le surtaxage, sont inefficaces. De plus, ils croient que d'aller à la source du problème, en diminuant les frais d'interchange, sera extrêmement positif non seulement pour les détaillants, mais aussi pour les consommateurs canadiens qui, en fin de compte, sont les plus touchés par ces coûts.

La rencontre a été amicale, instructive et a suscité la réflexion.  La voix des détaillants du CCCD a été entendue et les membres peuvent être certains que nous irons jusqu'au bout, jusqu'à ce que nos efforts aient un impact direct sur les revenus des détaillants.