(Montréal, le 12 janvier 2018) – Le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) constate que l’analyse de cycle de vie (ACV) des sacs d’emplettes, rendue publique aujourd’hui par RECYC-QUÉBEC, prouve que le bannissement de certains types de sacs ne constitue pas la meilleure solution environnementale.

Le CCCD croit qu’une stratégie combinant la réduction à la source, la réutilisation et le recyclage des sacs en plastique constitue une meilleure solution qu’un bannissement, car, comme le démontre l’ACV, les autres types de sacs d’emplettes ont généralement une moins bonne empreinte environnementale.

Les détaillants travaillent d’ailleurs déjà en ce sens, notamment en demandant aux consommateurs de payer pour les sacs chez de nombreux détaillants, en apposant des collants sur les articles plus volumineux (pour éviter les sacs) et en offrant dans presque tous les commerces des sacs réutilisables.  Ceci a déjà permis de réduire de 52 % l’utilisation des sacs en plastique. 

« Il sera toujours nécessaire d’offrir aux consommateurs diverses options leur permettant de transporter leurs achats; les sacs d’emplettes répondent à un besoin qui ne disparaîtra pas », remarque Jean-Luc Benoît, Directeur des relations gouvernementales. « L’analyse de cycle de vie démontre que les règlements bannissant certains types de sacs dans les municipalités n’étaient pas basés sur la science. Nous souhaitons que les municipalités prennent acte de cette étude et basent dorénavant leurs décisions sur les faits ».

À propos du CCCD :

Le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) constitue la principale organisation œuvrant à la défense et à la promotion des intérêts des détaillants.  Le Conseil regroupe près de 45 000 établissements au Canada, dont près du tiers sont au Québec. De plus, il est aussi la voix des distributeurs alimentaires du Québec et du Canada.

Il s’agit de l'une des plus grandes associations sans but lucratif financées par l'industrie, regroupant tous les types de détaillants tels que les grands magasins, les magasins « grand public », les chaînes spécialisées, les magasins indépendants et les commerces en ligne.

-30-

Source :
Conseil canadien du commerce de détail

Renseignements :
Jean-Luc Benoît
Directeur, Relations gouvernementales (Québec)
(514) 316-8913