L’ÉTUDE BIAISÉE DE NIELSEN SUR LES DROITS DE DOUANE RATE LA CIBLE

Print
20 Avril, 2015

TORONTO, 20 avril 2015 – Les résultats de l’étude réalisée par Nielsen sur les effets de l’élimination tarifaire sur les vêtements de bébé et les articles de sport ne reflètent pas avec exactitude les avantages qu’offre l’élimination des droits de douane aux consommateurs canadiens, a annoncé aujourd’hui le Conseil canadien du commerce de détail.

L’étude devait analyser l’effet sur les prix à la consommation de l’élimination tarifaire annoncée dans le budget fédéral de 2013. En raison de l’approche adoptée par Nielsen, cette enquête n’a jamais eu la possibilité d’atteindre son objectif. Nielsen n’a commencé à effectuer un suivi des prix qu’à l’automne 2013, six mois après l’entrée en vigueur de l’élimination tarifaire, et dans la plupart des cas, les prix avaient déjà été ajustés afin de tenir compte de cette réduction des coûts de production.

« Nous avions demandé une étude avant/après, explique la présidente-directrice générale du Conseil canadien du commerce de détail, Diane J. Brisebois. Nielsen aurait dû recueillir les prix avant l’élimination tarifaire, puis les noter de nouveau bien après ce changement. Au lieu de cela, nous avons un point de départ qui se situe après l’entrée en vigueur de cette mesure et un point final arbitraire. »

Les chercheurs de Nielsen admettent eux-mêmes qu’il y a là un problème. Ils ajoutent en outre que certains autres aspects de l’étude sont susceptibles d’entraîner une remise en question de la validité de sa méthodologie et de ses conclusions. Nielsen reconnaît que toutes les données utilisées pour les comparaisons de prix ont été recueillies après l’entrée en vigueur de l’élimination tarifaire. La firme évoque également la perte de valeur du dollar canadien au moment de l’étude ainsi que son incapacité à recueillir des données pour les produits saisonniers durant une année entière et l’exclusion des prix de vente.

Le CCCD a procédé à sa propre analyse et a comparé des prix avant l’élimination tarifaire et après l’instauration de cette mesure, en avril 2013. « Lorsque l’analyse est faite correctement, elle permet de montrer que les Canadiens ont pu profiter d’économies substantielles », affirme Mme Brisebois. Ainsi, les familles canadiennes ont économisé quelque 44 millions de dollars sur les vêtements pour les enfants de 24 mois et moins et près de 33 millions de dollars sur les pièces d’équipement destinées aux jeunes joueurs de hockey.

Le CCCD continuera à se battre pour que soient éliminés les droits de douane  sur les catégories de biens comprenant les produits que les familles canadiennes utilisent quotidiennement et pour que le gouvernement conclue des accords de libre-échange avec ses principaux partenaires commerciaux. Le CCCD a ainsi demandé au gouvernement d’abolir les droits de douane sur les vêtements, les chaussures et le linge de maison, et d’intégrer cette mesure au budget fédéral de 2015, qui sera présenté le 21 avril.

Le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) est la voix des détaillants au Canada. Il représente plus de 45 000 commerces de tous types, notamment des grands magasins, des magasins spécialisés, des magasins à rabais, des magasins indépendants et des détaillants en ligne. Les membres du CCCD ont une offre diversifiée de produits, allant des articles d'usage courant aux produits d'épicerie et de pharmacie. Ils sont responsables de plus de 80 % des ventes au détail réalisées au Canada. Le CCCD est un ardent défenseur du commerce de détail au Canada et collabore avec l'ensemble des paliers de gouvernement et d'autres parties prenantes dans le but de favoriser la croissance de l'emploi et les possibilités de carrière dans le commerce de détail, de promouvoir et de soutenir les investissements du secteur du détail dans les communautés canadiennes ainsi que d'améliorer l'offre de produits proposée aux consommateurs et la compétitivité de l'industrie.

Pour plus d'informations :http://www.retailcouncil.org/fr
SOURCE Conseil canadien du commerce de détail
Renseignements : Maxime P. Leduc, Conseil canadien du commerce de détail, [email protected], 514-449-3008