Le CCCD accueille favorablement les conclusions de l’Institut C.D. Howe concernant les principaux facteurs causant les écarts de prix entre le Canada et les États-Unis

Print
12 Mai, 2014

Le Conseil canadien du commerce de détail accueille favorablement les conclusions contenues dans le rapport de l’Institut C.D.Howe intitulé « Sticker Shock : The Causes of the Canada-US Price Differential ».

« Les conclusions de l’Institut reflètent ce que les détaillants canadiens subissent depuis des années », affirme Diane J. Brisebois, présidente-directrice générale du Conseil canadien du commerce de détail. « Les tarifs douaniers élevés et les prix injustement plus élevés imposés par les fournisseurs aux détaillants canadiens sont deux raisons menant à des prix plus élevés pour les consommateurs canadiens. »

Mme Brisebois indique aussi que d’autres études d’experts, notamment celle menée en 2013 par le Comité sénatorial permanent des finances nationales, ont toutes conclu que les détaillants canadiens ne se battent pas à armes égales lorsque vient le temps de concurrencer les détaillants au sud de la frontière. Elle mentionne que le gouvernement a commencé à s’impliquer en la matière en éliminant certains tarifs douaniers et en s’engageant à s’attaquer au problème des prix abusifs dans le commerce de gros. Elle demande au gouvernement de continuer ces efforts.

Le CCCD émet toutefois des réserves quant à la suggestion de l’Institute C.D. Howe d’augmenter les exemptions personnelles sur les produits qui entrent au pays.
« Nous croyons que c’est une décision prématurée, » affirme Brisebois. « Jusqu’à ce que les détaillants canadiens puissent compétitionner sur un pied s’égalité avec les détaillants américains, une autre augmentation des exemptions personnelles pourrait transformer les villes-frontières en villes fantômes, car les détaillants sont de grands contributeurs directs et indirects à l’économie de ces communautés. »

« Les détaillants doivent composer avec un environnement compétitif, mais ne peuvent y faire face avec les mains liées, » continue-t-elle. « De la même façon, il serait prématuré de modifier le règlement de minimis des envois postaux et  messager, car cela ne contribuerait pas à réduire l’écart de prix, mais aurait plutôt pour conséquence de l’aggraver. »

« Lorsque les tarifs douaniers et les prix dans le commerce de gros sont équivalents, ou du moins proches de la parité, nous sommes confiants que les détaillants, petits et grands, omnicanal et en ligne, pourront tous offrir un prix compétitif aux consommateurs canadiens, éliminant ainsi leurs désirs d’aller magasiner au sud de la frontière. »

Le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) est une association sans but lucratif fondée en 1963 et financée par l’industrie qui représente plus de 45 000 magasins de détail de tous types partout au Canada, notamment des grands magasins, des épiceries, des magasins spécialisés, des magasins à escompte, des magasins indépendants et des commerces en ligne. Le CCCD est la voix des détaillants canadiens. Nous représentons une industrie qui touche la vie quotidienne des Canadiens aux quatre coins du pays – en offrant des emplois et des possibilités de carrière et en investissant dans les communautés que nous desservons.

Renseignements :
Maxime P. Leduc
Coordonnateur, Communications et politiques publiques
Conseil canadien du commerce de détail
[email protected]
514-449-3008